En ce mois de Novembre où l’on fête traditionnellement les disparus, c’est l’occasion rêvée de vous rappeler la fin annoncée du support d’un fameux système d’exploitation. En effet, à partir de janvier 2020, Windows 7 ne sera plus mis à jour par Microsoft, hormis en cas de faille majeure de sécurité, comme c’était le cas avec Windows XP auparavant.

Rassurez-vous, cela ne ne veut pas dire que votre ordinateur va subitement s’autodétruire après cette date, mais ce n’est pas une information à prendre à la légère non plus !

Pour tous les irréductibles lisant cet article, une poignée de solutions s’offrent à vous : continuer sur Windows 7 au risque de vous exposer à davantage d’attaques, passer au système d’exploitation le plus récent, c’est à dire Windows 10, ou alors changer d’ordinateur purement et simplement.

 

7 la fin des haricots

 

Si votre poste est compatible avec Windows 10, la transition se fait facilement et rapidement, pour un coût bien entendu, calculé sur mesure en fonction de votre poste. Mais cette option n’est pas aussi simple pour tout le monde. Parfois, les pilotes des machines de production ainsi que les applications d’un certain âge peuvent rencontrer des problèmes de compatibilité post-transition, quand ceux-ci ne refusent pas tout simplement de fonctionner avec Windows 10. Un souci réel qui, à moins de vouloir remplacer toutes ses machines d’un seul coup, impose de reconsidérer cette décision. Pour les machines industrielles les plus réfractaires au changement, on peut toujours couper le poste de pilotage du réseau informatique et faire les transferts de données via clé usb. C’est contraignant, mais tout est question du risque que vous pouvez supporter !

 

A l’avenir, lorsque nos amis de chez Microsoft détecteront une vulnérabilité dite « critique et importante » concernant Windows 7, ceux-ci pourront mettre à disposition des mises à jour de sécurité spécifiques jusqu’à la mi-janvier 2023, pour un certain prix, et uniquement pour leurs clients importants. Comptez bien 350 $ par mise à jour et par poste ! Début décembre, Microsoft communiquera également son tarif à destination des plus petites entreprises. Ça semble fort de café, mais pour certains, c’est tout de même plus rentable que de changer l’intégralité de son parc informatique.

 

Pourquoi sont-ils si méchants ?

 

Évidemment, derrière cet mise à mort clinique de Windows 7, on peut sentir pointer des raisons marketing. Plus Microsoft garde un OS en état de semi-activité, plus les gens se positionneront à long terme pour renouveler entièrement leur parc informatique et racheter de nouvelles machines. Mais il faut aussi prendre en compte des raisons de rentabilité : le maintien à jour régulier de plusieurs systèmes d’exploitation en simultané pouvant vite s’avérer coûteux, même pour une des plus grandes entreprises du monde, surtout lorsque ceux-ci ne bénéficient qu’à une fraction marginale de leur cheptel. !

 

Il ne reste donc qu’à vous de sauter le pas, et de passer sous Windows 10, une mouture qui, si elle n’est bien entendu pas exempte de défauts, s’est vue particulièrement bichonnée par de nombreuses mises à jour de sécurité. Jusqu’à ce que la firme de Bill Gates nous force la main pour adopter Windows 11 ? D’ici là, on espère encore avoir plusieurs années de répit !